Maître d'ouvrage :

Association des compagnons de Maguelone

Maître d'oeuvre :

Alain MARGUERIT, Paysagiste DPLG Ivan DI POL, Architecte DPLG

Programme :

Aménagement du site de Maguelone

Territoire :

Ville de Villeneuve-lès-Maguelone (34), Littoral Méditerranée de Palavas à l’étang des Mourues

Mission :

Plan paysages

La presqu’île de Maguelone est dans une situation particulière de part sa géographie naturelle, ses qualités environnementales (plages, étangs, vignobles, parc…), et la présence d’un monument classé (cathédrale). Le site est le territoire d’activité d’une entreprise (centre d’aide par le travail : C.A.T.) qui concourt à sa mise en valeur et à son entretien.

Le projet définit différents axes de développement :
– La mise en valeur du patrimoine culturel et architectural et les infrastructures d’accueil.
– La création nécessaire d’infrastructures supplémentaires pour le bon fonctionnement du C.A.T.
– Le développement des activités agricoles, conchylicoles et piscicoles du C.A.T. avec notamment les impacts de ces activités sur le paysage (le vignoble et ses tracés, la création de bassins pour la pisciculture, les « structures sur l’eau « pour la culture des coquillages..). Notre démarche consiste à appréhender le site dans sa totalité ; il ne s’agit pas d’apporter une réponse ponctuelle (limitée par exemple à certains lieux du domaine comme la cathédrale et son parc) ou simplement fonctionnelle.

L’objectif de notre proposition est de parvenir à concilier l’approche culturelle (la valorisation nécessaire du patrimoine historique que constituent la cathédrale, son parc, et le site même de l’île) avec une mise en valeur de l’activité du C.A.T. qui fabrique le paysage actuel.
Il faut donc déterminer des actions qui ne soient pas une simple valorisation patrimoniale mais qui puissent constituer un cadre commun entre passé et fonctions actuelles, tout en évitant toute “muséification” du site avec des aménagements qui « figeraient « son développement et les activités du C.A.T. Toute la maîtrise du projet se trouve dans la mesure de l’impact des actions à mener pour ce site sensible tant sur le paysage proche que sur le paysage lointain (position insulaire.